Mois: septembre 2015

60 minutes dans #LaBoîte avec Gilles Caillot

Publié le Mis à jour le

Je vous invite dans le salon virtuel le jeudi 15 octobre 2015 à 21h30 (ouverture à 21h15) pour une heure de discussion avec l’auteur Gilles CAILLOT. Son truc : des bijoux sombres qui flirtent avec les limites. De la dentelle imbibée de sang. Un mariage entre le gore et le psychologique qu’on prend comme un uppercut. Des ambiances qui font passer les maisons hantées pour le Pays des Bisounours. Et une plume façon « café serré » !

Que ce soit ou non votre univers littéraire, cette discussion dans #LaBoîte vaudra le détour.

« Si vous aviez le destin du meurtrier de votre fille entre les mains, que feriez-vous ? Moi, je le sais… » « La couleur des âmes mortes » (Ed. Du Caïman)laboite Gilles Caillot

Né en 1967 à Lyon, Gilles Caillot a toujours été un grand passionné de littérature fantastique et de romans noirs. Il a connu ses premiers émois littéraires en lisant des auteurs tels que Stephen King, Jack Vance, Jean-Christophe Grangé et plus récemment Maxime Chattam. Consultant dans les technologies de l’information, rien ne le destinait à devenir un auteur de romans policiers.

Site de l’éditeur

Infos et accès au chat

Page : Salon virtuel « La Boîte » (Chat)

Que vous connaissiez Gilles Caillot ou pas encore, je serai heureux de vous accueillir dans #LaBoîte le 15 octobre.

Vous pouvez d’ores et déjà poser toutes vos questions dans les commentaires et inviter vos ami(e)s.

Page Facebook de l’événement

Le(s) partenaire(s) de cet événement

Au pouvoir des mots 

Passion thrillers 

Vous n’avez pas pu participer à la discussion ? Ces partenaires reviendront sur ce qui s’est dit pour que tout le monde puisse en profiter.

 

Envie de savoir ce qui se prépare dans #LaBoîte ? N’hésitez pas à vous abonner gratuitement à ce blog et/ou à suivre la page Frédéric Ernotte (Ecrivain) sur Facebook.

Publicités

FRed goes to Paris

Publié le Mis à jour le

La cérémonie des Balais d’Or 2015 se déroulera en novembre. A cette occasion, le Concierge masqué m’a demandé d’enfiler mon plus beau pull (j’élimine donc celui en laine avec un renne dessus) et de venir à Paris pour remettre le trophée du Balai de la Découverte. Comme vous le savez probablement, ce prix a voyagé vers la Belgique grâce à « C’est dans la boîte » en 2013. Recevoir ce trophée des mains de Claude Mesplède est un moment gravé dans ma mémoire ! Le/la lauréat(e) devra se contenter de moi, mais on va bien rire… Mon discours de 18 pages en alexandrins est presque finalisé, héhé…

Crédit : Jacques Duchateau
Crédit : Jacques Duchateau

Les Balais d’Or viennent de l’imagination de Richard Contin, un lecteur français passionné de littérature noire. Il a réuni à sa table des blogueurs, des libraires, des bibliothécaires et des lecteurs pour promouvoir la littérature policière. Chaque mois, des romans sont ajoutés à une longue liste de coups de cœur. Puis vient le temps de la délibération pour choisir les lauréats qui recevront les Balais. En regardant la liste des finalistes, j’imagine que les jurés vont bien s’amuser. Ou débattre jusqu’au bout de la nuit. Ou s’entretuer…

Balai découverte 2015

Bref… Cap sur la bibliothèque Parmentier à Paris (11e) le samedi 28 novembre pour récompenser le premier roman d’un(e) auteur(e). Et si le/la lauréat(e) ne vient pas chercher le trophée, il sera pour moi. Ou pas… :))

Tu peux avoir l’air méchant ?

Publié le Mis à jour le

Un shooting photo fait partie des moments mémorables de la vie d’un auteur et j’ai envie de partager le making of de cette mission (presque) impossible avec vous. Pour le dire simplement, je déteste me voir en photo. Sachant que je ne peux pas avoir 20 ans toute ma vie, j’ai contacté un ami photographe pour une remise à jour. Jacques Duchateau aime les défis. Je lui ai donc proposé de passer des « graves » (bientôt un livre sur sa balade photographique dans les cimetières de Wallonie) à un grave (moi). Première épreuve : choisir comment m’habiller. Par un rapide sondage sur ma page Facebook, j’ai constaté que vous étiez nombreux à me conseiller d’y aller à poil. Mais non. Définitivement non !

Le choix du lieu aussi est crucial. Un truc original ? Pourquoi pas. Sous la pluie ? Évidemment. Les ruines des chemins de fer ? Si la chocolaterie de Willy Wonka n’est pas disponible, adjugé pour les ruines… En deux mots, c’est un bâtiment administratif de la SNCB abandonné fin des années 70 après une explosion de gaz. « Hey Jack ! C’est quand même bien glauque. T’es sûr que c’est vide ? T’as dit à quelqu’un où on allait ? ». Un ange passe et un bout de plâtre s’effondre…

En plus, super simple d’accès. « Djeu, la végétation a poussé depuis ma dernière visite. Je t’avais dit de prendre des bottes ? » Non Jacques… tu avais oublié ce détail !

Après avoir slalomé dans la boue et escaladé deux ou trois obstacles, j’ai découvert ce décor chaotique et fascinant.

Crédit : Jacques Duchateau
Crédit : Jacques Duchateau

Ça n’a pas été simple pour prendre ces clichés. Vous doutez ? Quelques extraits…

« Fred, ne ferme pas les yeux. Tiens-toi droit. Arrête de sourire. Tu peux avoir l’air méchant ? Bon OK tu ne peux pas… » Il était dépité. Je riais. Je vous le jure, j’ai vraiment essayé de respecter les consignes malgré le fait qu’il ne disait jamais Jacques a dit… J’ai une confiance absolue en lui pour me mettre en valeur. D’ailleurs, un photographe aussi talentueux a l’œil du tigre. « Décale-toi un peu sur la gauche. On va éviter le graffiti de bite en arrière-plan. Et la canette. Et le Kleenex là. » Je suis d’accord, le ménage laissait à désirer dans ce bâtiment. On a fait pivoter un truc ou l’autre pour refaire la déco. « Et Jack, t’as vu la boîte ? C’est cool ! Mais je n’irai pas dedans… dessus à la rigueur, ça peut le faire. On se la joue C’est sur la boîte ?! » Mode cascadeur activé. Une tête brûlée. On donne de sa personne dans un shooting.

« Tu peux activer le mode rafale. Statistiquement, sur 50, on pourra en sauver une ou deux. Au pire, tu joueras à « Photoshop-moi, grand fou ». On va déjà utiliser le Noir&Blanc pour réduire les problèmes.» Par magie, petit à petit, les photos commençaient à ressembler à quelque chose. Coup d’œil sur l’écran. Grand sourire. De fait, ça claque le Noir&Blanc ! En route pour Sin City. Je peux officiellement intégrer l’équipe d’Esprits Criminels avec cette pose.

Crédit : Jacques Duchateau
Crédit : Jacques Duchateau

Certain(e)s diront que c’est sombre. La bonne nouvelle c’est que je n’ai plus l’air d’avoir 20 ans. Que pour un modèle en pain d’épice, je ne m’en suis pas trop mal tiré. Et puis, c’était drôle ! C’est sans doute ça le plus important. J’espère que le résultat vous plait. Me voilà « équipé » jusqu’à la prochaine ride…