Frédéric Ernotte

Écrivain en classe vu par les élèves

Publié le

Les élèves de 1ère A de Notre-Dame des Champs à Uccle (Bruxelles) reviennent sur ma visite dans leur classe pour le défi « se plonger dans Ne sautez pas ! 10 pages par jour ». Résultat : je suis sans voix (et ce n’est pas une mince affaire de me faire taire.)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je n’oublierai pas cette aventure aux côtés de Patrice Osiak et de ses élèves (12ans en moyenne). L’impression d’avoir participé à quelque chose d’unique qui bouscule les préjugés et fait naître des questions inédites ne pouvant être imaginées que par eux.   

Le plus touchant c’est que les mots qui défilent devant vous ne sont pas adressés qu’à moi. Les enfants remercient Patrice et sa direction. Ils remercient leurs parents. Les éditions Lajouanie. Le service de la Promotion des Lettres de la Fédération Wallonie-Bruxelles et le programme « Écrivain en classe ». Ils vous remercient aussi d’avoir fait connaître Ne sautez pas ! en en parlant autour de vous. Sans oublier la personne qui m’a accordé un jour de congé au boulot 😀

Le projet va continuer. Autre livre, autre auteur. Je ne pouvais pas imaginer une meilleure fin pour ce chapitre.

À bientôt.
Frédéric  

Article lié : À 12 ans, ils dévorent « Ne sautez pas ! »

27747407_10214151360834502_2683061527352943322_o

Publicités

Ne sautez pas ! disponible en livre audio

Publié le

C’est Noël avant l’heure, la famille s’agrandit ! Le succès de Ne sautez pas ! est arrivé jusqu’aux oreilles de l’éditeur Hardigan et j’ai le plaisir de vous annoncer qu’une version audio du roman est disponible. Dans les transports ou confortablement installé dans son canapé, on peut maintenant écouter les aventures de Mathias, lues par Sylvain Chevet. J’utilise peu ce support pour les livres et j’avoue que le voyage de 6h54 est surprenant. Au risque d’avoir l’air d’un grand sensible, ça fait quelque chose d’entendre son roman (mais je n’ai pas pleuré !)

Pour l’anecdote (et pour frimer un peu, j’avoue) le roman a été enregistré dans les studios Pinewood, situés près de Londres (un nom bien connu des fans de cinéma vu qu’il s’agit de la maison de James Bond – 007, Star Wars et de tant d’autres.)  Je ne vais pas vous mentir, ils n’ont malheureusement pas pu insérer des bruits de sabre laser dans Ne sautez pas !

Envie de vous offrir ce collector ou de le faire découvrir à vos ami(e)s, c’est possible via Amazon et Audible. Bonne nouvelle pour les curieux, on peut écouter librement un extrait ICI

À bientôt…

Frédéric

NSP audio

À 12 ans, ils dévorent « Ne sautez pas ! »

Publié le Mis à jour le

J’ai pris une claque. La leçon vient en ligne droite des élèves de 1ère A de Notre-Dame des Champs à Uccle (Bruxelles) et de leur enseignant, Patrice Osiak. Inspiré par le défi qui consiste à lire au moins 10 pages par jour, il a proposé à sa classe de se plonger dans « Ne sautez pas ! ». Un choix audacieux, car ils ont 12 ans en moyenne. J’ai pensé que c’était un peu jeune vu que le roman n’a pas été écrit pour ce public. Résultat ? J’ai l’air idiot avec mes préjugés et je les remercie de m’avoir donné tort de la plus belle des manières. Les avis sont sans filtre. C’est touchant et très enrichissant…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Dix pages par jour, l’idée consiste à les faire lire, sans qu’ils s’en rendent compte, tout en découvrant un auteur de chez nous. Lorsque nous lisons, nous avons la liberté. La liberté de choisir, la liberté d’aimer ou pas, la liberté de nous laisser guider… La lecture nous permet cette évasion quotidienne, cette découverte d’autres lieux, d’autres personnages, d’autres intrigues… » (Patrice Osiak)

Le groupe « Défi lecture 10 pages par jour… en 1 A » a été créé sur Facebook pour suivre le projet semaine après semaine. Si vous êtes curieux, n’hésitez pas à le rejoindre pour découvrir comment la classe aborde le livre.

« Ce qui me rend le plus heureux, c’est que les retours, tant des parents que des collègues ou encore de divers invités et observateurs sont encourageants. Et celui des enfants ? Certains en sont à la deuxième lecture et ils sont conquis… L’impression que l’heure du vendredi est attendue avec impatience. Un indice ? Ils n’oublient jamais leur matériel ! » (Patrice Osiak)

23916516_10213490699638385_6224026127882508845_o

 

 

 

Le défi des #10pages

Publié le

Lire au moins 10 pages chaque jour, c’est le défi que je vous lance avec l’ouverture d’un groupe sur Facebook. Du dompteur de pile « à lire » qui enchaîne les romans à la personne qui ne lit pas encore, ce projet est ouvert à tous pour que les lecteurs passionnés encouragent celles et ceux qui le deviendront peut-être.

10 pages
Insurmontable ? Probablement pas, car on parle d’une vingtaine de minutes à dénicher dans son quotidien. Diviser un objectif qui semble hors de portée en petites victoires permet de réaliser de grandes choses. Lire prend du temps, c’est vrai. Lire 10 pages, beaucoup moins. Un repas à préparer, un trajet, une salle d’attente, une coupure pubs, un passage par les toilettes… les occasions ne manquent pas.
Le résultat ? Minimum un livre de 300 pages lu chaque mois. Chi va piano, va sano e va lontano, dit l’adage. En plus, vous ne serez pas seul(e) sur la route. Vous choisissez votre menu avec la possibilité de demander des conseils aux membres de la communauté. Livre, BD, article,… tout est possible. Peu importe le support, la taille ou le genre. Cerise sur le gâteau, vous pouvez lancer ce challenge à vos proches.

Cliquez sur ce lien pour REJOINDRE LE GROUPE « 10 PAGES PAR JOUR »

A mon petit niveau, ce projet est une manière de tenter de remercier les personnes qui m’ont fait aimer la lecture. Ce n’était pas gagné (du tout), mais elles m’ont prouvé qu’il existe des livres de tous les styles, sur tous les sujets. Je suis convaincu que certaines personnes n’ont pas conscience qu’elles pourraient prendre du plaisir avec un livre entre les mains. Et puis, lire un peu chaque jour est bénéfique pour la santé. Alors vu que je tiens à vous…

Au moins 10 pages par jour ! Que l’expérience commence… 🙂

 

C’est dans la boîte est réimprimé !

Publié le

Vous le réclamiez, il est de retour !
Après plusieurs années d’indisponibilité, mon thriller « C’est dans la boîte » vient d’être réimprimé. On peut parler d’une petite résurrection pour ce livre qui a plus de vies qu’un chat. Du coup, appel à l’équipe ! J’ai besoin de votre aide pour faire passer le mot à toutes les personnes qui voulaient se procurer mon premier roman et à celles qui n’auront pas peur d’ouvrir les boîtes…
Attention, il s’agit pour l’instant d’un tirage limité (quelques centaines). Foncez chez les libraires !

C’est dans la boîte is back !

« Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître. »

Jacques Duchateau (L’Avenir – 27/06/ 2012)

« Si vous aimez l’atmosphère d’Agatha Christie, vous serez comblé ! »

Richard Contin (Le Concierge masqué – 22/12/2012)

 « Un peu de fraîcheur dans le monde saturé des polars, ça fait du bien ! »

Nola Tagada (Le Blog de Nola Tagada – 09/10/2013)

« Un livre mutant qui flirte avec tous les genres. Une lecture jouissive qui se termine en apothéose. »

Pierre Faverolle (Black Novel – 17/02/2013)

« Un pur moment de fun. Une sorte de parc d’attractions rempli de distractions variées qui vont vous secouer les nerfs, les neurones et les zygomatiques »

Yvan (Emotions – Blog littéraire et musical – 26/07/2013)

« Un livre regorgeant de boîtes aussi différentes les unes que les autres, empilées comme des poupées russes et qu’on ouvre avec excitation et délectation.

Argali (Le Blog de Argali -17/03/2013)

« Un « policier », bien noir, et belge. (…) Une construction aux petits oignons, en abîme, en labyrinthe ; des retournements de situation digne de la cour des presque très grands. Du frisson, comme s’il en pleuvait. Il en pleut ! Bref, jouissif. Le polar qu’on ouvre et qu’on ne ferme pas avant la fin… »

Martine L. Petauton (La Cause Littéraire – 8/10/2012)

« Cela va vite, très vite, et dès les premières pages. (…) Vous aurez éventuellement juste le temps d’articuler, « ben merde alors… »

Pascal Kneuss (Passion Romans – 15/11/2012)

« Namur abrite désormais son Maxime Chattam »

Cédric Flament (L’Avenir – 07/12/2013)

Synopsis :

Jeff Marnier. C’est mon nom. Je suis un inspecteur plutôt bien côté, voire admiré par certains. Comme tout le monde, j’ai mes problèmes. Les psychopathes ne manquent pas. Je bosse jour et nuit. La vérité ? Je suis accro à la vodka, à la solitude, et depuis peu à un site Internet. « La boîte noire ». C’est un endroit sombre. Un repère de flics. Un cloaque virtuel où je me sens chez moi. Tellement chez moi que j’oublie régulièrement de me coucher.

Que je sois éveillé ou non, c’est rarement bon signe quand mon téléphone portable sonne en pleine nuit. Un tueur de flics court dans la région. Catherine est morte. Je dois me mettre au vert quelques jours. Me protéger. Réfléchir. La ronde des boîtes tombe à point nommé.

Je pars pour un huis clos secret entre inspecteurs. Une réunion entre des inconnus en mal de découvertes. Une nuit durant laquelle soulever le couvercle d’une boîte peut vous laisser des traces indélébiles.

Distribution :

Pour la Belgique et le Grand-Duché de Luxembourg :

WEYRICH DIFFUSION

Pour la France et la Suisse :

MDS

Dans le studio de Vivacité

Vidéo Publié le

« Ne sautez pas ! » continue de faire du bruit dans les médias. J’étais de passage dans le studio de Vivacité (RTBF) il y a quelques jours pour parler de mon parcours avec Isabelle Verjans et Serge Otthiers. Vous avez raté ça ? Voici la séance de rattrapage. Une occasion en or de revenir sur mes premiers pas dans le milieu et sur le succès grandissant (grâce à vous!) de « Ne sautez pas ! »

Quand « C’est dans la boîte » est sorti en 2012…

Source : Vivacité (RTBF)  NAMUR-BW MATIN (février 2017)

Ne sautez pas ! monte sur le Podium du Prix Club

Publié le

Le jury du Prix des lecteurs Club 2016, composé de 20 clients tirés au sort, a tranché. « Ne sautez pas ! » monte sur le podium ! Pas sur la marche espérée, c’est vrai. Mais rassurez-vous, la vue est aussi très agréable depuis la 3ème marche et je ne monterai pas sur le toit d’un gratte-ciel pour exiger qu’on recompte les votes.

Je félicite chaleureusement Alia Cardyn qui remporte le prix Club 2016 avec son roman « Une vie à t’attendre » (Ed. Charleston). Je me réjouis pour les gens qui la suivent et pour les lecteurs qui vont la découvrir grâce à ce Prix.

Dans les coulisses, on murmure que ça s’est joué à « un poil de cul ». Merci aux jurés qui ont défendu « Ne sautez pas ! » et à vous tous d’avoir fait le bruit nécessaire pour que mon livre soit repéré et sélectionné pour une finale indécise.

Cette place sur le podium me permet de vous fixer rendez-vous à la Foire du Livre de Bruxelles le samedi 11 mars de 14h30 à 16h (stand Club). J’aurai le plaisir d’être aux côtés d’Alia Cardyn et de Jean-Louis Aerts (2ème avec « Un siècle de mensonges » (180° Editions)

Double effet « KISS COOL » : je serai également présent pour vous le dimanche 12 mars de 14h à 16h (stand « Média Diffusion »).

A bientôt…

Frédéric

Club.be

« Une vie à t’attendre »

Synopsis

Qui devient-on dans une vie où des parents disparaissent mystérieusement ? Rose a six ans quand la tragédie se produit. Dans ce quotidien bouleversé, elle grandit avec sa version de l’histoire, qui l’étouffe.
Qui Rose serait-elle aujourd’hui si elle ne pensait pas qu’ils l’ont abandonnée ? C’est la question que se pose celui qui l’a toujours aimée.
À Bali, seize ans après leur disparition, Rose découvre quelques mots sur un carton. Commence alors un périple haletant. Les indices qu’elle va petit à petit accumuler lui permettront-ils de dépasser une enfance brisée ?

À propos d’Alia Cardyn :

Diplômée en droit et en sciences politiques, Alia Cardyn est une ancienne avocate. Trentenaire dynamique et solaire, elle exerce depuis huit ans comme coach et conférencière en Belgique et à l’étranger. Elle est l’auteure de plusieurs livres pratiques traduits en plusieurs langues mais « Une vie à t’attendre » est sa première œuvre de fiction. Elle vient de signer pour un deuxième roman qui paraitra toujours aux éditions Charleston fin 2017.